Boiardo Matteo Maria (trad. française Vincent Jacques), Le second livre de Roland l’Amoureux, mis en Italien, par le Seigneur Mathieu-Marie Bayart, comte scandian : et traduit en Françoys, par Maistre Jaques Vincent du Crest Arnaud en Dauphiné, Secretaire de monsieur l’Evesque du Puy, Paris, Vivant Gaulterot et Étienne Groulleau, 1550.

[pièce 2]

  • Cliquez sur les liens pour accéder à l’index nominum et au glossaire.

Jacques Vincent, « A la susdite Dame [i.e. Diane de Poitiers] » (f. aij r°)

Long temps y a que Roland l’amoureux
M’a ocupé pour vous faire service,
Mais sur la fin s’est trouvé souffreteux
En me voyant privé du benefice
Lequel doit estre à l’homme d’exercice
Et qui accez aux lettres veult avoir :
Parquoy vous prie humblement de prouvoir
Vostre servant, qui jamais ne faudra
De vous complaire, et faisant son devoir,
Ira disant, [«] par vous mon heur viendra [»].

Mon heur viendra.

← Pièce 1

Pièce 3 →


Pour citer cet article :

Vincent Jacques, « A la susdite Dame », Le second livre de Roland l’Amoureux, mis en Italien, par le Seigneur Mathieu-Marie Bayart, comte scandian : et traduit en Françoys, par Maistre Jaques Vincent du Crest Arnaud en Dauphiné, Secretaire de monsieur l’Evesque du Puy, Paris, Vivant Gaulterot et Étienne Groulleau, 1550, f. aij r°. Transcription par Claire Sicard, La Rimerie, Farrago numérique, 25 février 2016 [En ligne] http://wp.me/P6Pjkj-xn.