• Les i/j et u/v sont dissimilés.
  • à / a ; où / ou ; là / la sont distingués.
  • L’accentuation est réintroduite sur les participes passés des verbes du 1er groupe et les mots finissant en -é.
  • Quand elle existe, l’accentuation du texte source est respectée, sauf si son maintien crée une ambiguïté et compromet la bonne compréhension du texte (par exemple « né » à la place de « ne/ni »).
  • Les cédilles, sont introduites lorsqu’elles manquent.
  • Les abréviations, y compris les tildes, sont résolues.
  • Les lettres ornées sont transformées en lettres ordinaires.
  • Les apostrophes sont réintroduites lorsqu’elles manquent, supprimées lorsque leur présence compromet la bonne compréhension du texte (par exemple « d’advantaige » et « dadvantaige »).
  • Les mots agglutinés ne sont pas séparés, sauf si cette graphie compromet la bonne compréhension du texte (par exemple « tres saige » et « tressaige »)
  • La ponctuation et l’usage des majuscules de la source sont respectés sauf lorsqu’ils compromettent la bonne compréhension du texte. En ce cas, les ajouts ou transformations sont signalés entre crochets.
  • Les mots illisibles ou manquants sont réintroduits entre crochets, chaque fois qu’il est possible de les reconstituer.
  • Les coquilles manifestes ne sont corrigées, entre crochets, que lorsque leur maintien compromet la bonne compréhension du texte. Dans tous les autres cas, elles sont simplement signalées par l’usage de [sic].