Jacques Grezin, Advertissements faicts à l’homme par les fleaux de nostre Seigneur, de la punition à lui deüe par son peché, comme est advenu depuis trois ans en ça, Angoulême, Jean de Minières, 1565.

[pièce 6]

  • Cliquez sur les liens pour accéder au glossaire et à l’index nominum.

« Tetrastique pour le Lecteur » (f. Aiij v°)

    Lecteur mon cher amy, ne t’amuse pourtant,
A si bien corriger les faultes de mes faicts,
Que mettes en obly d’en reparer autant,
(Je dis s’il est besoin) à celles que tu faicts.

← Pièce 5


Ce quatrain présente de l’intérêt du point de vue de l’évolution des mentalités perceptible dans les pièces de vers composées au milieu du XVIe siècle : alors que dans celles qui sont écrites sous le règne de François Ier (avant 1547) on remarque une tendance marquée à une humilité univoque, à partir du règne de Henri II cette modestie tend soit à faire place à un orgueil tout ronsardien, soit à se feuilleter de postures plus complexes. C’est ce que l’on observe ici : le curé de Condac, dans ses liminaires précédents, adopte une position d’humilité toute chrétienne, invitant son protecteur, François de Couillaud, puis l’ensemble de ses lecteurs, à corriger ses erreurs d’auteur maladroit. Mais dans l’ultime pièce qui précède l’œuvre principale, Jacques Grezin rappelle à ces potentiels repreneurs, qui pourraient être un peu prompt à critiquer son travail, de ne pas oublier de balayer devant leur propre porte.


Pour citer cet article :

Jacques Grezin, « Tetrastique pour le Lecteur », Advertissements faicts à l’homme par les fleaux de nostre Seigneur, de la punition à lui deüe par son peché, comme est advenu depuis trois ans en ça, Angoulême, Jean de Minières, 1565, f. Aiij v°. Transcription par Claire Sicard, La Rimerie, Farrago numérique, 9 mars 2016 [En ligne] http://wp.me/P6Pjkj-Aw.